Accueil

Dans le cadre de la promotion et de la propagation, de l’esprit, de la pratique et du mode associatifs, dans la volonté affirmée d’une “contamination” des principes-moteurs développés dans cet Article III – A, tout droits de copie ou de reproduction, partielles ou globales, des cahiers, études, monographies ou documents divers édités et diffusés par l’association, sont autorisés. Ce, à la condition qu’ils soient

aventure

cités et référencés en bibliographie par l’utilisateur, et dans un but non lucratif. Cet Article III – A et B, sera éventuellement et le cas échéant, complété ou précisé ultérieurement par le

 

Règlement Intérieur, tout comme par l’insertion de documents référentiels annexes aux statuts qui seront déposés alors aux Services Préfectoraux et Institutionnels de tutelles. 

Le tarif des cotisations est proposé par le C.A. et validé par l’A.G., pour une période de 3 ans. Pour des raisons d’ordre comptable, celles-ci seront perçues sous forme de chèque (en aucun cas en espèces). Des adaptations pourront être modulées dans certains cas particuliers : étudiants, chômeurs et autres cas, sur appréciation du président ou de son représentant désigné. Eventuellement et dans certains cas, une prestation, un service rendu ou un don à l’association pourront entraîner l’exonération de cette cotisation. Il faudra veiller à ce que le coût de cette cotisation soit équitable et abordable pour un adhérent mineur. En aucun cas, le coût de la cotisation, ne doit être un handicap à l’adhésion de quiconque. ARTICLE VI – QUALITE de MEMBRE. Ils ont favorisé, tout au long des siècles, l’éclosion de savoir et savoir-faire, de pratiques et de traditions.

Creusée, elle alimente toujours l’inconscient collectif. “Marie-Groëtte” hante encore les puits et les souterrains mythiques, tels des boulevards de l’inconscient, serpentent sans fin dans les profondeurs de nos terroirs.  Du cataphyle au chercheur de trésor, du spéléologue au subterranéologue, de l’enfant au “conteur en campagnes”, les cavités anthropiques nous interpellent fondamentalement.

Que leur interpellation soit pour nous psychanalytique ou chtonienne, culturelle ou technique, elle est néanmoins générée par un fantastique patrimoine : patrimoine à part entière, qui se décline en une typologie variée. Le “Patrimoine Souterrain Anthropique”, au coeur de la craie, dote le Pas-de-Calais d’une friche dimension cachée. Ces espaces souterrains, médiateurs entre sol et nappe phréatique, tout en contant notre histoire et nos histoires, sont de fait un fantastique observatoire de la craie et de ses nombreuses problématiques…Dès le néolithique, l’homme va creuser cette craie : cette roche calcaire tendre s’y prête à merveille. Peut-être peut-on voir là dès l’origine un phénomène atavique ou, tout au moins, une pratique imitative : certains animaux sont passés maîtres dans l’art du creusement de terriers !

Il va creuser pour extraire les matériaux : pierre de taille, pierre à chaux, silex, argiles, sables et grès, marnes et craies phosphatées… 39-45 sera témoin de l’apogée de l’art et de la pratique du “souterrain”, avec d’une part les travaux de la sinistre opération Todt et d’autre part celle des Abris de la Défense Passive. On peut encore citer les structures souterraines d’église ou d’abbaye, (cryptes, caveaux, caves, refuges de pèlerinage, accès aux souterrains-refuges), les cuves et fosses diverses, ainsi que les glacières…